Double -Take constitue t'il une alternative intérréssante aux clusters Microsoft

Publié le par Teruin

Le produit Double Take de la société NSI (Distribué en France par Sunbelt-Software) permet de résoudre une des problématiques fréquentes dans les entreprises qui est d’apporter aux plates formes de production  Windows, une tolérance de panne et l’éloignement géographique qui siée à toute installation prévue dans le cadre d’un plan de reprise d’activité.

C’est ainsi que des PME, PMI mais également de grand compte ont eu recours à ce produit afin de dupliquer leurs données vitales sur des sites géographiquement éloignés. Le but de ce document n’est pas de faire l’éloge d’un tel produit, mais rééelement d’éclairer les personnes susceptibles de ce tourner vers ces technologies des enjeux techniques liés à ma reprise d’activité de Microsoft Exchange.

 

Un produit multi usage

 

Le produit Double-Take est en réalité utilisé à de multiples fins. A ce sujet l’on peut citer les usages suivants :

·         Réplication de données sur un site distant

·         Concentration des données vitales dans le but d’une centralisation de la sauvegarde

·         Gestion de la tolérance de panne sur des applications Critiques comme Exchange , Sql Serveur ou Oracle

·         Incorporation dans des solutions Matérielle comme les NAS pour permettre la duplication.

 

Principe général de fonctionnement

Il est important de distinguer deux niveaux fonctionnels de Double Take  qui sont : la réplication de données d’une part et la reprise d’activité d’autre part.

 

Réplication de données

 

Concernant la réplication de données, le principe est extrêmement simple. Double Take s’inscrivant comme un service sous Windows 2003 Serveur, il duplique en temps réel ou planifié les données que l’administrateur à sélectionnées vers un second serveur ou est installé également le produit. (2 licences DT sont effectivement nécéssaires)

Fonctionnant en tant que ‘faisant partie’ du système d’exploitation, il s’affranchi des problèmes de droits et réplique tout changement à l’octet prêt. Ce principe de fonctionnement n’est pas nouveau et il existe à ce sujet bon nombre de  concurrent dont la solution technique est similaire à celle de la société NSI.

 

Gestion du WAN

 

Double Take à également la possibilité  de gérer les problèmes de WAN ou de perte de connectivité. Dans le cadre d’une duplication de données inter-sites, il est probable que les administrateurs, au regard de la bande passante, n’opterons pas systématiquement pour une réplication en ‘temps réel’. Le produit à par conséquent la possibilité de stocker l ’ensemble des modifications du serveur de production (Serveur source dans les documentations de NSI) permettant une duplication différée.

Dans le cadre d’une réplication sur un lien étendu, les administrateurs auront la possibilité de limiter, au sein des options de réplication, l’utilisation de la bande passante.

 

Reprise de l’activité

 

Si la réplication de données s’avère dans les faits être somme toute assez simple, la reprise d’activité ne l’est pas. Ceci d’une part, en raison de la complexité de plus en plus croissante des applications, et d’autre part de leurs imbrications voir de leurs interdépendances avec les structures de production comme l’annuaire d’entreprise et les services réseau adjacents.

Un exemple flagrant est Microsoft Exchange Serveur 2000/ 2003 et l’annuaire Active Directory qui si se dernier n’est pas disponible, va rendre impossible le fonctionnement de la messagerie.

Tout l’art consiste donc, une fois les données répliquées sur un serveur distant, à imaginer comment faire repartir dans une relative transparence, les services de messagerie, de base de données etc..

En réalité cette problématique n’est pas simple car elle est confrontée la plupart du temps aux impossibilités logicielles de chaque produit, impossibilités, fluctuant de version à version. La société NSI à depuis longtemps compris et pris en compte ses problématiques et compose avec chaque version logicielle applicative.

 

1.1.1       Pourquoi la reprise d ’activité n’est pas chose aisée ?

Comme nous l’avons dit plus tôt, la reprise d’activité est compliquée en raison de deux facteurs principaux que sont :

 

·         L’interdépendance logicielle

·         Les limitations fonctionnelles applicatives

 

Sous le terme d’interdépendance logicielle nous comprenons le fait que  depuis plusieurs années avec l’arrivée des annuaires d’entreprises fédérateurs, la plupart des applications nécessitent la présence et le bon fonctionnement d’un, voir de plusieurs services réseaux.

C’est le cas de Microsoft Exchange 2003 qui, sans Active Directory ne saurait fonctionner, mais c’est également le cas de Microsoft Active Directory qui, sans le service DNS (Domaine Name Service) ne pourrait également pas fonctionner.

Dans les faits, les administrateurs réseau sont confronté à des infrastructures de plus en plus imbriquées qu’ils doivent maîtriser, si ces derniers veulent réussir ou comprendre comment des produits comme Double Take gère la tolérance de panne applicative.

 

Une autre problématique réside dans les limitations fonctionnelles des produits concernés. Bon nombre de produits empêche par exemple, la duplication de leurs services sur le réseau, d’autre ne permettent pas de renommer le serveur Windows sur lequel ils fonctionnent (cas de Microsoft Exchange par exemple) d’autre encore utilisent des technologies transactionnelles qui rendent particulièrement délicates les opérations de duplication de données. Ajouté à cela la présence quasi permanente de produits satellite que sont les anti-virus, anti spam, agent de sauvegarde etc,… le monde logiciel est un monde en perpétuel mouvements, parfois difficilement saisissable.

 

1.2    Comment Double-Take procède t’il pour reprendre l’activité de Microsoft Exchange 2003.

Tout d’abord il est important de préciser la version Double-Take que nous employons. Il existe en effet plusieurs version qui ont utiliser des options différentes. La version employée a ce jour est la version: 4.4.2.0.1406. En réalité deux axes sont envisageables lorsque vous éditer un produit  de reprise d’activité.

 

Le premier choix consiste à composer avec les contraintes du produit concerné sans modifier quoique ce soit dans l’environnement de production (cas des anciennes version de DT), le second est de réaliser un produit intrusif au risque de ‘déplaire’ à certain administrateur.

 

Le fait de réaliser un produit non  intrusif trouve rapidement ses limites dans l’environnement très imbriqué que constitue Microsoft Exchange 2003 et Active Directory.

 

Le choix de la société NSI fut de réaliser une version intrusive pour la reprise d’activité de Microsoft Exchange 2003 . ce choix technique via le module Exchange Failover et l’assistant pour Exchange à considérablement simplifié le paramétrage et fiabiliser son fonctionnement.

 

Le principe théorique est simple lorsque le serveur Exchange 2003 de production n’est plus joignable alors le serveur de secours reprend le nom Netbios , l’adresse IP le cas échéant,, les partages en cours, et modifie l’Active Directory de sorte à modifier pour chaque boite aux lettres référencées sur le serveur question le serveur Exchange d’appartenance.

 

Un fois réalisé les services Exchange sont redémarrés, les utilisateurs sont alors reconnectés comme si il s’agissait du serveur primaire, les profils Outlook ne sont pas modifiés et la bascule est véritablement transparente. Transparente d’autant plus, si l’on a fait le choix de retenir l’utilisation de Microsoft Outlook 2003 en mode cache pour les utilisateurs.

 

Le retour à la normale utilise le procédé inverse . Il est a préciser que la société NSI  à fait des efforts importants pour simplifier ces processus ce qui était pas le cas dans les versions précédentes.

 

1.3    Double-Constitue t’il une véritable alternative à la solution Cluster de Microsoft Exchange ?

Double-Take est avant une solution Actif Passif qui peut être utilisée dans le cadre de l’emploi d’une version standard de Microsoft Exchange, ce qui n’est pas le cas de la version clustérisée d’Exchange qui nécessite  la version Entreprise. Attention cependant iil n’existe pas à notre connaissance de licence passive de Microsoft Exchange comme il en existe avec Sql Serveur. Aussi l’utilisation d’un serveur de secours Exchange nécessite  jusqu’à preuve du contraire, l’acquisition d’un seconde licence serveur.

 

La solution de NSI  à également l’avantage de permettre un éloignement géographique du serveur de secours, puisque la réplication s’effectue via un canal TCP/IP.

 

Par contre la version actuelle ne permet pas une détection de panne de service contrairement aux clusters Microsoft qui offrent d’autres avantages comme notamment la possibilité d’augmenter le nombre de nœud et d’effectuer des montées en change sans remettre en question les procédures de bascule.

 

Dans le cadre de Double Take  ,la bascule (Failover) ne s’effectuera que si le serveur de secours ne parvient pas à joindre (principe du ping) le serveur de production. Il est donc important par conséquent de se méfier des éventuelles coupures réseau qui pourraient avoir lieu ou d’arrêt redémarrage que l’on pourrait effectuer sur le serveur primaire. C’est pour cela que bien souvent le choix d’une bascule manuelle est retenue.

 

Nul doute que dans les environnements ou la messagerie ne DOIT pas s’arrêter et ou le nombre d’utilisateurs est très important , le choix du cluster Microsoft est LA voie royale. Dans le cadre des PME-PMI qui finalement ont la même contrainte mais bien évidement pas les mêmes budgets qui ne disposent pas de baie de stockage, l’offre de NSI peut constituer une alternative intéressante.

 

Commenter cet article