Principe de fonctionnement de la sauvegarde DPM Exchange

Publié le par Teruin

Le produit DPM pour Microsoft Exchange est une fonctionnalité incluse dans la suite logicielle Microsoft System Center. Il constitue une approche effectivement novatrice dans la méthodologie utilisée pour la sauvegarde des données Exchange 2007. 

Nous allons donc détailler cette méthodologie
Afin de réellement comprendre les enjeux des sauvegardes il me faut introduire deux notions qui sont: Le RTO (Recovery Time Objective)  et le RPO (Recovery Point Objective).

• Le RPO constitue en fait la quantitée de données que la société est prête à perdre en cas de problème majeurs.
• Le RTO constitue quand à lui, le temps que la société est prêt a admettre  pour une interruption de service.

Nous  savons d'une manière générale que ce dernier est relativement court dans l'environnement de messagerie.
Le RTO va entrer en jeux lorsque vous aurez à effectuer une restauration de base de données suite à une corruption de données. Le temps de restauration mais plus globalement de remise en service, devra donc être inférieur au RTO défini. Le RPO va lui dépendre généralement de la date de dernière sauvegarde.

Une dernière notion importante à prendre en charge consiste dans la rétention de l'information. Combien de temps les données sauvegardées doivent t’elle être conservées ? Dans ce cas de figure on pourrait distinguer une conservation en ligne et une conservation hors ligne. Dans le cas d'une conservation en ligne, la restauration de données est effectivement facilitée, et peut généralement se positionnée en dessous du RTO défini. Dans le cas de la sauvegarde Hors Ligne (Cas des bandes sortie des magasins), la durée restauration risque d'être effectivement plus lente et donc au dessus du RTO.

Dans certain cas, les outils de sauvegarde traditionnels d'entreprise (Agents legato, Brighstor etc..°) combinés avec les solutions de CCR et de rétentions d'éléments supprimés, peuvent suffir. Le produit DPM s'inscrit donc, également dans cette démarche. La durée de résilience dépend généralement des obligations légales imposée aux sociétés


 Protection des données Exchanges par DPM
Il existe en réalité deux façons utilisées par DPM pour sauvegarder les bases de données publiques ou privées de Microsoft Exchange 2007 SP1.

La sauvegarde intégrale Express & la synchronisation des journaux de transaction. Cette dernière permet comme son nom l'indique de s'assurer que les changements apportés et validés dans les pages de données stockées dans les journaux de transaction soient régulièrement synchronisés vers les données du serveur DPM.
Comme on peut s'en douter avant que cette réplication puisse s'effectuer, il est nécessaire de procéder à une copie des bases de données vers les emplacements DPM. Cette copie peut s'effectuer de plusieurs façons.
La première façon vient avec la mise en place à travers l’outil DPM lorsque l'administrateur va créer le premier groupe de protection. Dans ce cas de figure, DPM va effectuer une copie via VSS, soit immédiatement soit de façon planifiée. 
La seconde méthode, diront nous plus artisanale, consiste à effectuer une copie manuelle des fichiers de bases de données concernées. Dans ce cas de figure, l'on comprendra aisément  la nécessité de démonter la base de données en question le temps de la copie.
Une fois cette opération effectuée, la protection sera effective et la synchronisation des journaux pourra se mettre en place.

 
La sauvegarde "express Full " ne doit pas cependant être assimilée a une sauvegarde complète tels que l'on est en droit de s'attendre lorsque l'on utilise des sauvegardes traditionnelle de type streaming.

Comme préciser plus haut cette dernière utilise les fonctionnalités VSS et ne capture que les changement apportés elle peut être assimilé a un snapshot , voir une incrémentale. Le processus express Full permet donc de s'assurer que les changements apportés dans les pages de des bases de données Exchange et  les journaux générés soient copiés vers le server DPM, le tout dans un état consistent et restaurable. Pour ce faire, une combinaison de technique (Filtre de volume, photo de disque, méthode VSS) est utilisé afin de permettre la création d'une copie alternative des bases de données et des journaux Exchange . En effet chaque fois qu'un block de disque est modifié sur la base de données ou sur le volume des journaux de transaction, ce changement est enregistré dans la photo de disque (Volume Bitmap). L’on notera que cet enregistrement est très peu impactant en terme d'entrée/ sortie disque.
La restauration peut se faire très facilement en fonction de la sélection temporelle comme le montre l’image suivante :

 

Vous devriez trouvez dans pas longtemps sur le site des techdays 2009 une présentation assez complete de la solution DPM pour Exchange 2007 SP1

Publié dans Exchange 2007

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article