Sauvegarder Exchange 2007 Avec l’Agent Tina 4.2 de la société Atempo.

Publié le par Teruin

La solution Tina de la société Atempo n’est pas une suite logicielle récente et possède la particularité d’être commercialisée par volumétrie.  Elle inclut désormais une nouvelle version permettant de sauvegarder les données Exchange en incorporant les dernières technologies disponibles.  Cet article propose donc un aperçu de ses dernières qui ne manqueront pas d’intéresser les équipes responsables des sauvegardes Messagerie.

La solution Tina possède deux versions d’agent pour Exchange 2007 la version 4.1 documenté par la référence XCH41BE-0907 et la version 4.2 portant référence XCH200742F-0309. Le moins que l’on puisse dire c’est que la nouvelle version de cet agent n’a rien en commun avec l’ancienne tant les apports fonctionnels sont importants. La version 4.1 souffre en effet d’une documentation très succincte qui ne documente pas les environnements cluster SCC/CCR de Microsoft Exchange 2007. Heureusement la version 4.2 qui aurait mérité un numéro 5.x comble ses lacunes. Voici en quelque paragraphe les fonctionnalités couvertes.

 

Support des clusters Echange 2007

La version 4.2 supporte la quasi-totalité des solutions de hautes disponibilités d’Exchange 2007.

 

·         Cluster à copie unique (Single Copy Cluster, SCC).

·         Réplication locale en continu (Local Continuous Replication, LCR).

·         Réplication continue en cluster (Cluster Continuous Replication, CCR).

 

Quasi-totalité, car on notera au passage l’absence du mode SCR qui sur le terrain ne se révélera que peu nécessaire. La plupart des clients auront tendance dans un environnement Cluster à sauvegarder la base passive ou active d’un cluster. Très rares seront ceux qui voudront  procéder a la sauvegarde des bases de données du SCR.

Nous avons noté également un réel effort de documentation sur la partie cluster SCC et CCR qui notamment aborde les opérations de resynchronisation du nœud passif en cas de restauration de la base active en mode CCR. Malgré tout la solution de sauvegarde de la base passive CCR ne semble pas être supportée.

 

Support du Mode VSS.

Comme vous le savez peut être Microsoft recommande la sauvegarde des données par la technologie Volume Shadow Copy. Cette technologie permet d’utiliser les clichés instantanés afin de permettre une sauvegarde conséquente des bases de données. Microsoft ne fournissant que la partie cliente, un Requestor est nécessaire pour utiliser cette technologie.  Pour ce faire vous devriez prévoir à minima 10% d’espace libre. Cet espace de stockage nécessaire à la prise de snapshot dépendra  essentiellement de l’activité de votre serveur Exchange.

 

Coté Tina 4.2 cette technologie est donc supportée mais avec quelques limites que vous devez connaitre.

 

La sauvegarde VSS ne pourra être utilisée uniquement en cas de panne d’une base de données car la restauration des bases de données sauvegardées en mode VSS vers un groupe de stockage récupération n’est pas possible.

 

Nous avons effectués plusieurs tests  avec succès sur un environnement cluster CCR Exchange SP1 Rollup 7 en prenant soin comme à l’accoutumée d’arrêter la base de données et marquer cette dernière comme pouvant être restaurable.

 

Support de Mode ESE (Extensible Storage Engine ou moteur de stockage extensible).La version 4.2 ne rompt pas avec la tradition et continue à supporter le mode ESE. Ce dernier permet l’utilisation des groupes de stockages de récupération et sera nul doute utilisé par les administrateurs qui souhaiteraient utiliser les fonctionnalités Exchange 2007 de fusion de boites aux lettres via les groupes de stockage de récupération.

Sauvegarde Vault et Brick Level. L’agent Tina 4.2 propose deux fonctions de sauvegarde Vault & Brick-Level  (Single Email Restore/ SER)

La sauvegarde « Vault » propose une granularité au niveau de la base de données Exchange.

Les conditions de mise en œuvre de la solution Vault sont les suivantes :

·         le service principal (Surveillance du système) activant les bases de données doit être lancé ;

·         le service correspondant à la Banque d'informations doit être démarré ;

·         les bases de données Exchange Server doivent être montées pour être sauvegardées ;

·         les groupes de stockage ne doivent pas être répartis sur plusieurs volumes ;

·         les bases de données Exchange Server ne doivent pas être en mode "Log circulaire" si vous souhaitez effectuer des sauvegardes incrémentales.

La fonction « Brick-Level » quant à elle se situe au niveau des messages, tâches, contacts, calendrier,  rendez-vous, et notes.  Elle permettra de restaurer sans arrêter les services Exchange un message ou un rendez vous supprimé par erreur.

Dans la plupart de cas la sauvegarde Brick Level ou SER devrait être une sauvegarde additionnelle à la sauvegarde des bases de données (Vault) qui permettra une restauration granulaire. Atempo recommande également de mettre en place les  deux types de sauvegarde, une Vault et une Brick Level.

"Pour une protection optimale contre les pannes matérielles ou système et les contaminations par des virus, configurer les deux types de sauvegardes : les sauvegardes "Vault" et les sauvegardes "Brick-Level". Page 90 du Manuel de référence.

 

Self Service Recovery. (Vous en avez rêvé Atempo l’a fait !). La fonctionnalité Self Service Recovery se présente sous la forme d’un plug-in à installer sur le client Outlook (2003 SP3 /2007 ou supérieure). Le plug-in permet à l’utilisateur final  de rechercher et de restaurer des messages et d’autres éléments Outlook à partir de n’importe quelle boîte aux lettres accessible à cet utilisateur et ce sans aucune intervention de l’administrateur. De quoi en réjouir certains ! Reste à valider le mode opérationnel avec les utilisateurs et décider de communiquer ou non sur ces fonctions avancées. Cependant ces fonctions existent belle et bien pourront en partie éviter ou retarder dans certains cas la mise en place contraignante de solution d’archivage.

Protection de données en continue. La protection de données en continue est une technologie qui commence à se mettre en place autour dans les entreprises et ce pour deux raisons principales que sont le temps et la volumétrie. Les bases de données Exchange étant de plus en plus importantes et les temps de sauvegarde des bases exchanges planifiées généralement la nuit, ne sont pas extensibles. De plus, les fonctions de CDP permettent également de bénéficier en cas de crash, d’un objectif de temps de rétablissement (RTO) réduit. Pour ces raisons elles devraient connaitre un succès important dans les mois à venir.

La solution Tina 4.2 prend en charge ces fonctionnalités via deux  fonctions Log Shipping et CDP.  Ces deux technologies optimiseront les sauvegardes incrémentales.

·         La fonctionnalité Log Shipping  utilise les journaux de transaction d’un serveur protégé et les copie sur un serveur de secours ou sur un stockage sur disque. Ce mode de protection sera utilisé pour  les sauvegardes incrémentales de type "Vault".

·         La fonctionnalité CDP quand à elle intercepte les modifications sur des objets au niveau "Brick-Level" et  conserve ces données à des fins de sauvegarde. Cette fonctionnalité nécessite la mise en œuvre à minima du Rollup 4 de Microsoft Exchange.

La figure suivante résume quand à elle les scénarios envisageables.


Retrouver un message à restaurer. Utiliser une sauvegarde en Brick-Level ne sert pas à grand-chose si vous ne disposez pas d’un outil de recherche efficace. La solution Tina 4.2 incorpore une base de données permettant de recenser et d’indexer les messages sauvegardés. La fonctionnalité est basée sur le moteur d’une base de données MySQL qui permet la recherche parmi les attributs des messages, tels que le sujet, l’expéditeur, les destinataires, la date de réception, etc.

 

En conclusion, une version très prometteuse qui comblera facilement les lacunes de la version 4.1 et qui offre des fonctionnalités présentes dans d’autres environnements concurrents.

Laurent Teruin

Publié dans Exchange 2007

Commenter cet article